De l’enfant à l’adulte, ces blessures qui font mal !!!

De l’enfant à l’adulte, ces blessures qui font mal !!!

11 janvier 2018 Blessures & émotions 0

Ce n’est pas moi qui le dit ou qui en parle !!  Mais Lise Bourdeau  dans un de ses livres (« Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même ») dont je vais vous faire un petit résumé.

Pourquoi quand on est un petit enfant certains évènements prennent une dimension si importante ? Si bien que lorsque l’on devient adulte, dans des circonstances similaires, elles font écho en nous et influencent nos réactions et même deviennent une part de notre personnalité et un mode de fonctionnement face à la vie.

Lise Bourdeau en recense 5 de ces blessures « émotionnelles » qui nous font mal et nous créent du mal-être dans notre vie d’adulte.

Allez en route pour les  découvrir et voir si chez vous elles trouvent une résonnance…

La première c’est la peur de l’abandon.

Eh ouiiiii !!!! Et du coup avoir vécu ce sentiment dans notre petite enfance, qu’est-ce que ça donne quand on devient grand ?

Et ben, une angoisse, une panique, face à la solitude. Et la mise en place de modalités de fonctionnement pas toujours très sympas pour soi et son entourage.

Ce manque  va faire de vous un inconstant face aux relations avec votre ou vos partenaires, vous allez difficilement être capable de rester dans la relation, vous abandonnerez ces dernières avant qu’elles ne vous abandonnent, de peur de souffrir à nouveau, donc vous anticipez…

Et vous vous retrouvez seul. La solitude est une angoisse pour vous, mais comme elle vous fait peur et que vous craignez d’être rejeté vous êtes dans : « je pars avant que tu ne le fasses » ou « Si tu pars ne reviens pas !! » »

Idem pour les projets là on a : De toute façon personne ne m’aime et ne croit en moi et je ne veux pas me mettre dans la situation où cela arrive donc évitements.

La fuite plutôt que l’affrontement.

Cette blessure est très difficile à guérir.

On demande la deuxième : la peur du rejet

Oh qu’elle est douloureuse celle-là. Elle nous amène à tout simplement rejeter notre être intérieur. Kesako ? Ici « intérieur » fait référence à ce qui nous crée en tant que personne : les expériences, les pensées et les sentiments.

Où prend ses racines cette blessure ?

Dans le sentiment que nous enfant, nous avons d’avoir été rejetés, abandonné par nos parents, notre famille ou nos semblables. Nous restons avec l’impression de ne pas être voulu, désiré et cerise sur le gâteau du coup nous nous sentons envahi par le sentiment de ne pas mériter l’affection, de ne pas être digne de cela.

Quels impacts sur le comportement ? Oh peu de choses !!

Tendance à s’isoler dans un vide intérieur afin d’éviter tout nouveau rejet.

Que doit-on travailler ?

Nos peurs intérieures, notre attitude face à ces situations qui nous mettent dans un  état de panique. A ne pas prendre chaque départ d’une personne de votre vie comme personnel.

Je sais, je sais les petits loups Plus facile à dire qu’à faire !!!

La troisième et elle se nomme l’humiliation

A le regard de l’autre sur nous quelle épreuve !! Surtout si vous avez vécu le sentiment que les autres peuvent soit vous désapprouver, soit vous critiquer.

Et tout arrive, parce qu’enfant vos parents, ou un autre adulte a pu avoir une parole malheureuse en vous disant tout haut que peut-être vous étiez stupide, mauvais, nul, lourd ou alors en parlant des problèmes que vous leur créez (devant vous cela va de soi) à d’autres comme si vous n’étiez pas présent. Dur pour l’estime de soi !!!

Et du coup ça donne quoi à l’arrivée ?

Un adulte qui sera dépendant, ou pire qui sera un « tyran » ou un « égoïste ». Mais pas par méchanceté, non seulement comme un mécanisme d’auto défense. Et en allant plus loin certains vont même répéter, reproduire le schéma avec les autres en les humiliant pour les faire devenir des boucliers protecteurs de leurs propres terreurs.

Que travailler pour changer ?

Alors là il y a du boulot sur la notion d’indépendance, la liberté, la compréhension de nos besoins, peurs et surtout de nos priorités

En quatrième position vient la trahison ou la crainte de faire confiance

Combien d’entre nous ont pu se sentir trahi par une promesse faite par un adulte (parents principalement) et non tenue ?

Levez le doigt !!

Eh oui nous sommes nombreux et il suffit d’une toute petite et insignifiante trahison pour que tout bascule.

Du coup méfiance totale ou envie ou toutes sortes de sentiments négatifs. Oui on ne mérite pas ce qu’on nous a promis alors que les autres oui !!!

Et de là vous avez devant vous le parfait « manipulateur » celui qui veut tout contrôler et bien contrôler.

Pas simple la vie car en plus vous avez un très fort caractère.

La fiche de route pour vous c’est travailler sur la patience, la tolérance et le savoir-vivre. Apprendre aussi à être seule et à déléguer les responsabilités à d’autres. Il y a du taff !!!

Et la petite dernière l’injustice

Là pas de bol, vous êtes tombés sur un environnement où vos parents ou ceux qui représentent les protecteurs font preuve de froideur et d’autorité (mais à leur décharge il faut peut-être aller creuser dans leur enfance aussi !!)

Du coup leur exigence à l’égard du petit bout que vous étiez a été trop importante pour que vous puissiez réussir. Et booum !! Sentiment d’impuissance et d’inutilité qui débarquent dans votre vie que ce soit quand vous étiez enfant ou là en tant qu’adulte.

Et plafff !!! De la rigidité, car vous voulez à tout prix être important et devenir puissant. Vous voilà devenu un pourfendeur de l’ordre, un modèle de perfectionnisme, mais à contrario vous êtes incapable de prendre une décision en toute sérénité et confiance !!! Les doutes s’installent !!!

A vos petits exercices !! Là on met le paquet sur un travail en profondeur sur la méfiance et la rigidité mentale on devient quelqu’un de plus flexible pour avoir confiance dans les autres.

Bon le travail personnel, c’est bien cependant c’est pas facile de soulager tout seul ces blessures émotionnelles qui nous pourrissent un peu, beaucoup la vie quand nous sommes des adultes. Mais vous pouvez être accompagné dans ce chemin et c’est un peu mon travail.

Toutes ces blessures sont difficiles à guérir certaines plus que d’autres. C’est pourquoi Il faut remonter au souvenir (parfois très anodin) de la personne pour arriver à le « transmuter ».

Les soins Akashiques permettent de faire cette remontée à l’origine de la blessure initiale, et en utilisant la logo synthèse et le verbe à remettre à sa juste place le souvenir vécu comme un traumatise du fait de l’âge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *